L’architecture de Stonehenge formait un cercle fermé parfait

Les traces des pierres disparues de Stonehenge prouvent que le cercle de pierres fut fermé

Les marques de Pärch dans l’herbe de Stonehenge après un été sec ont aidé à résoudre un casse-tête séculaire, à savoir si Stonehenge était à l’origine un cercle complet, selon un rapport récent dans The Telegraph. Les marques de Pärch, les zones où l’herbe ne pousse pas aussi fortement que dans d’autres zones du site pendant la saison chaude, révèlent les endroits où les pierres manquantes peuvent avoir existé.

Bien qu’un grand nombre de pierres survivent encore à Stonehenge, le monument est loin d’être complèt. Cela a poussé de nombreux chercheurs au cours des derniers siècles, tels que John Wood (1747), William Hinders Petrie (1880), et Christopher Tilley et ses collègues (2007) à chercher à savoir si le monument n’avait jamais été terminé. Cette théorie du non-achèvement est basée sur la présence et l’utilisation de ce qu’ils appellent des pierres « inadéquates », l’absence d’environ un tiers du Cercle de Sarsen et de la majorité des linteaux et l’absence de preuve d’enlèvement des pierres. D’autres chercheurs ont suggéré que Stonehenge fut achevé, mais qu’il n’a jamais été un cercle complètement fermé.

Diagramme de Stonehenge

Diagramme de Stonehenge montrant où les pierres devaient être, si l’architecture n’avait jamais été un cercle complètement terminé. Les marques Pärch ont été trouvées entre la pierre 16 et 21. Crédit : British Archaeology

Un relevé géophysique à haute résolution a été effectué il y a quelques années mais a été incapable de prouver la présence de trous. Mais English Heritage a annoncé que des étés secs ont révélé un faible aperçu des mégalithes manquants. Les caractéristiques archéologiques sous le sol, comme des fosses, des pierres ou des travaux de terrassement, influent sur la quantité d’herbe qui pousse à la surface, même des millénaires plus tard et l’herbe desséchée peut souvent mettre en évidence ces caractéristiques archéologiques. Ces marques de Pärch ont déjà permis d’identifier les forts romains et des terrassements de l’âge de fer, et aujourd’hui il semblerait qu’ils aient aidé à résoudre une des plus grandes questions sur l’ancien cercle de pierres de Stonehenge.

quatre-marques-de-parch-distinctes-stonehenge

Quatre marques de Pärch distinctes peuvent être observées entre les pierres 16 et 21, montrant éventuellement où de grosses pierres mégalithiques se dressait autrefois. Source de l’image.

Les marques de Pärch ont d’abord été remarquée en Juillet de l’année dernière par un steward de English Heritage qui a alerté les archéologues de leur existence. « Si dans ces zones vides il y avait des pierres dressées alors nous avons un cercle complet », a déclaré Susan Greaney de English Heritage. « Beaucoup de gens supposent que nous avons déjà fouillé l’ensemble du site et que tout ce que nous apprendrons sur le monument est déjà connu. Mais en réalité, nous ne savons toujours pas tout et il y a beaucoup qui peut être encore découvert et ce grâce à des méthodes non-excavatrices.  »

Marques Pärch de Stonehenge

Marques de Pärch de Stonehenge

Un article scientifique qui explique pourquoi les marques de Pärch fournissent les preuves de la théorie « du cercle complet » de Stonehenge, a été publié dans le dernier numéro de la revue Antiquity..

Articles Relatifs…

Commentaires Facebook